En quête de Mordor

Nǐ hăo,

Je ne vous cache pas que cet article a été dur à initier, dur car la réalité, qui s’était faite discrète depuis mon départ de Wellington a fini par me rattraper en m’apprenant une très triste nouvelle, ce qui a eu pour effet de mettre de côté mes envies de partage sur ces derniers jours. N’ayant pas envie de m’étaler sur le sujet, je préfère directement écrire le récit de la semaine passée, qui a été pour moi la première occasion d’aller consciemment sur un lieu de tournage de la mythique trilogie, le Tongariro National Park.

La dernière soirée passée au Crash Palace Backpacker sera l’occasion de rencontrer de nouvelles têtes, dont Ella, une flamande, qui partage à priori le même programme que moi pour la semaine à venir. Ce soir une partie de beerpong est organisée par l’auberge, l’alcoolique aux allures de bon vivant qui sommeille en moi m’incite fortement à participer à ce jeu mais la fatigue résultant de la rando de la journée et l’excitation amenée par la suite du programme fera que la sagesse l’emportera. Ella a déjà son billet de bus, tout comme moi, évidemment nous n’avons pas la même compagnie cependant nous partons pratiquement à la même heure et arriverons ensemble le lendemain à Taupo, l’un des hauts lieux touristiques de la Nouvelle-Zélande.

Rotorua et Taupo se partagent la vedette en ce qui concerne le tourisme dans l’île. En effet, son lac ainsi que les nombreuses activités proposées rendent cette ville très attractive. On peut notamment y pratiquer le Bungy Jump (saut à l’élastique), le Parasailing (parachute ascensionnel) ainsi que le Skydiving (saut en parachute), on y trouve également de charmants lieux comme les Huka Falls, le Maori Rock Carvings ou encore le Crater of the Moon. La proximité de Taupo avec la Great Walk du Tongariro Alping Crossing est également un des principaux atouts de cette cité balnéaire. Ce dernier élément sera d’ailleurs la principale raison de ma venue ici.

Le dimanche matin nous prenons donc la route de l’office de tourisme, quittant l’hostel qui m’aura vu vivre mes premiers vrais instants de bonheur en Nouvelle Zélande et à qui je dis au revoir non sans une certaine émotion.  A la station, nous rencontrons Gernot, un autrichien qui deviendra également un membre du nouveau trio des expats de Rotorua. Gernot et moi prenons le même bus, nous en profitons pour échanger quelques mots et je me rends compte que ce personnage (car oui, c’est un personnage) est l’une des meilleures raisons pour lesquelles vous devez absolument voyager. Ce type a toujours le sourire aux lèvres, il passe son temps à parler de tout et de n’importe quoi non sans une certaine pointe d’humour, il semble être admiratif de tout ce qu’il voit, tout ce qu’il fait ce qui le rend extrêmement positif, le meilleur étant que cela est contagieux, pour le bien de tout ceux qui croisent son chemin !

Nous descendons du bus et croisons Ella, cette dernière ne passant pas la nuit dans le même backpack que Gernot et moi, nous décidons d’un point de rendez-vous pour la suite de la journée après nos checkins respectifs. Nous arrivons au Rainbow Lodge qui, encore une fois, semble vraiment accueillant. La réception est relativement petite mais le reste du bâtiment semble spacieux. La salle principale est composée d’un living room ainsi que d’une cuisine ouverte, on y trouve également de grandes tables et un billard qui sera par la suite un excellent moyen de faire des rencontres. Par le hasard des choses Gernot et moi partagerons la même chambre, nous y retrouvons également Cassy, un anglaise qui visiblement squatte ici depuis déjà quelques semaines, on comprendra donc qu’elle travaille non loin d’ici. Nous retrouvons enfin Ella puis prenons la direction des Huka Falls en ce dimanche après-midi ensoleillé. Notre objectif nous amène à passer par le Spa Thermal Park longeant la sublime Waikato River dont vous pourrez admirer la couleur sur la photo ci-dessous

Le chemin emprunté passe également par les Hot Pools (comprenez piscines chauffées) ainsi que quelques petits bout de rochers aux allures de plages sauvages appelant à y rester quelques heures pour pique-niquer, partager quelques bières et plonger dans l’eau d’un bleu clair envoûtant. Nous déciderons d’ailleurs d’un point où nous arrêter lors du trajet retour après avoir vu les chutes d’eau. Les Huka Falls ne sont pas impressionnantes par leur hauteur mais par le débit de l’eau nous rappelant à quel point les forces de la nature nous sont supérieures. Le trop plein de touristes (dont nous faisons partis 🙂 ) empêche de bonnes prises de vue mais je parviens tout de même à me glisser dans un coin ou les quelques clichés suivant pourront être réalisés.

Nous finirons l’après-midi au point repéré plus tôt lors de la marche aller et passerons d’excellents moments, Gernot venant intégrer un élément en plus du pack de bières encore fraîches dont je ne peux parler ici 🙂 L’eau est tout simplement excellente, nous nous retrouverons même en compagnie d’un cigne noir ainsi que d’une famille de canards semblant visiblement très intéressés par nos chips et nos fruits.

Le dimanche soir sera plutôt calme, Ella rentrera à son auberge mais décidera d’annuler la suite de sa réservation pour nous retrouver au Rainbow Lodge le jour suivant. Gernot se couchera tôt car il fera le Tongariro le lendemain, j’en profite pour me poser dans ma chambre, discuter avec nos collocs et avancer l’écriture de mon précédent article ainsi que la retouche de quelques photos.

Je retrouve Ella le lundi, elle rencontrera par hasard quelques anciens compagnons de voyage dont Koen qui deviendra par la suite le digne remplaçant de Gernot, ce dernier ayant prévu de quitter Taupo le mardi pour partir plus au sud. Nous passerons l’après midi au lac, ce qui sera l’occasion d’y piquer quelques têtes et de partager à nouveau un moment avec quelques canards et autres cignes noirs !

La journée est plutôt reposante, le soir le groupe s’agrandira encore et nous passerons de bons moments autour de quelques bières, félicitations à Gernot d’ailleurs qui passera toute la soirée avec nous malgré le Tongariro de la journée qui est quand même bien épuisant.

Le mardi sera pour moi un jour de repos, je dois me préparer pour la suite de la semaine et notamment pour réaliser le Tongariro Alping Crossing comme prévu le jeudi. Mes pieds n’ayant pas vraiment supportés la rando du samedi à Rotorua ainsi que les balades qui ont suivi, je les laisse donc cicatriser un peu et décide d’avancer l’article sur Rotorua. Cela me prendra quasiment 4h sans qu’il soit terminé au final ! Je dis au revoir à Gernot lui souhaitant bon courage pour la suite puis je retrouve Ella et Koen en fin d’après-midi après leur rando sauvage de la journée. Ils auront fait du stop puis nagé jusqu’au Maori Rock Carvings, Koen ayant un goût tout particulier pour l’aventure, la vraie ! Ella m’annoncera  qu’elle aura finalement avancé d’un jour sa date de randonnée au Tongariro, elle me demande d’avancer la mienne également ce que je ne peux malheureusement faire, les réservations étant déjà toutes bouclées. Je ferai donc cette partie du voyage seul, ce qui finalement me va bien. La soirée sera très agréable, je ferai la rencontre de Clément notamment, avec qui je ferai quelques parties de billards (nous ne parlerons pas ici des quelques branlées qu’il s’est pris 🙂 et oui, tu as le droit de réponse en commentaires).

Le mercredi matin, je fais le checkout et prends la direction de l’i-site pour y trouver mon bus, ce dernier doit m’emmener à Turangi, petit village situé tout près du Tongariro National Park, cela afin de me rapprocher de l’objectif Mordor de la semaine sans avoir à me lever à 4h du matin comme la plupart des motivés que j’ai rencontré plus tôt à Taupo, j’assume totalement ma fainéantise 🙂 J’arrive au Off The Track Backpackers en début d’après-midi après avoir marché pendant une vingtaine de minutes avec un sac de 20kg sur le dos et un autre de 10 sur le ventre ! Cet hostel, conseillé par Morgane, semble être un petit coin de paradis. Il est situé à l’écart du centre-bourg, on y traverse en arrivant un très grand jardin où l’on peut apercevoir plusieurs tables, des chaises ainsi que des fauteuils pour chiller au soleil tranquillement avant, et après l’épreuve du Tongariro, un havre de paix parfait pour ce type d’épreuve. J’y ferai dans la soirée la rencontre de Christophe qui me donnera un bon avant-goût de ce que peut être le Tongariro, sachant que ce dernier n’a pas fait la randonnée complète, en revanche il est monté tout en haut de la montagne du Destin et je comprendrai que cela n’est pas si facile, aucun chemin tout tracé, il faut juste escalader le volcan en espérant ne pas glisser 🙂 Je finis par préparer mon sac pour le lendemain après avoir profité du coucher de soleil depuis le jardin de l’hostel

Puis me dirige enfin vers mon lit, le réveil se fera quand même à 5h30, la navette passant à 6h pour nous récupérer. Les prix sont relativement chers ici, la navette coûtera 45$ pour nous amener au début de la Great Walk et venir nous chercher 7h plus tard à l’autre bout, mais vous comprendrez bientôt que cela en vaut largement la peine.

Levé à 5h finalement le jeudi, je prends mon temps, mon petit déjeuner de champion pour l’épreuve du jour à base de Coca, de barre de céréales et de pomme 😉 J’attends la navette qui arrivera avec une quinzaine de minutes de retard et qui passera plus d’une heure à faire le tour des hostels ! On commencera la randonnée à 8h.

Avant de vous emmener avec moi dans l’une des plus belles randonnées de Nouvelle Zélande, il est important de vous donner quelques détails sur cette dernière. Le Tongariro Alping Crossing est très réputé car il s’agit d’une des seules Great Walks qui peut se faire sur une journée dans ce magnifique pays, la chemin principal est d’environ 19km, le niveau est relativement simple pour quelqu’un qui a l’habitude de marcher et les paysages que l’on traverse sont parmi les plus beaux du pays. Comme vous l’aurez compris, c’est ici que Peter Jackson s’est implanté avec ses équipes afin de tourner une partie des scènes du Seigneur des Anneaux, vous retrouverez donc dans les photos un aperçu du Mordor après la mort de Sauron, c’est-à-dire avec un peu plus de soleil et beaucoup moins de nuages et de feu ! L’attraction principale étant le Mont Ngauruhoe, alias le Mount Doom ou la Montagne du Destin pour les amateurs de VF. L’ascension du mont est possible mais je choisirai de ne pas la faire, déjà étant peu confiant sur mes capacités physiques à aller au bout de cette rando, et surtout pour éviter de louper la navette de retour car cela représente un détour de 3h. Je vous laisse désormais profiter des quelques clichés de cette splendide marche où pour mon grand bonheur, le soleil s’était invité, l’heure d’arrivée me permettant même de profiter de la beauté du lever de soleil sur ces paysages lunaires.

Entre nous, si quelqu’un fini par ramener le Mont Doom chez lui, je pense que c’est par là qu’il faut passer

La descente vers les Emerauld Lakes est tout de même un peu sportive. Elle me rappelle les descentes de pistes de Ski lorsque l’un de vos skis est plus bas après une chute, on descend en enfonçant le plus possible les talons dans la terre afin de conserver un peu de stabilité et d’éviter toute glissade potentiellement dangereuse voire mortelle si la chute devient incontrôlable. Certaines personnes seront d’ailleurs très mal à l’aise dans cette partie.

Les flammes de la Montagne du Destin dans le dos, nous parcourons désormais la longue route vers le Blue Lake, nous retrouvons encore une fois les paysages lunaires du Mordor, ces plaines sont réellement magnifiques et vous donnent l’impression d’être transportés sur une autre planète, la sensation est juste incroyable et rattrape l’état de fatigue que vous commencez à ressentir à cet instant après quelques 3h de marche et beaucoup de montées relativement agressives pour les cuisses et les mollets.

Je profiterai d’ailleurs de la vue sur le lac pour prendre une longue pause déjeuner bien méritée avant d’entamer la descente finale.

Le panorama offert après le passage du lac est tout simplement somptueux, on y aperçoit deux lacs, en premier plan le Lake Rotoaira et en arrière plan l’immense Lake Taupo. Je m’arrête quelques instants, remets mon intro favorite des Pink Floyd dans les oreilles, celle d’Atom Heart Mother, et finis par avancer devant ce paysage incroyable, avec des frissons comme je n’en ressens que lors de ces moments uniques. La fatigue est totalement effacée par la beauté des plaines qui s’offrent à moi, c’est à cet instant que l’on se sent fier d’avoir parcouru tout ce chemin, traversé toutes ces épreuves.

Cerise sur le gâteau, la randonnée se termine par un passage en forêt ce qui est relativement rafraîchissant après une telle marche sous un soleil de plomb.

Après cette longue et éprouvante journée, je retrouve à l’hostel Christophe, ainsi que Damien avec qui je n’avais pas pu discuter la veille, autour d’une bonne bière gracieusement offerte par mes nouveaux compagnons de voyage. Nous discuterons une bonne partie de la soirée et je découvrirai qu’ils repartent de Nouvelle Zélande le jeudi suivant, nous parlons alors pour la première fois de la vente de leur voiture qui sera, bientôt, mon nouveau compagnon de route pour la suite du trip. Ces derniers me proposeront également de me ramener à Taupo le lendemain, ce qui est parfait. Nous convenons de nous retrouver la semaine suivante à Auckland afin de terminer la procédure de rachat de ma nouvelle amie.

Le vendredi, retour à Taupo pour le weekend, je retrouve Koen et Clément, Ella étant partie vers de nouvelles aventures.

Koen

Je rencontre également 2 américains dont Graham qui deviendra pour le weekend mon partenaire de boisson avec tout ce que l’on aime chez les américains, à savoir les bières cul-sec et les beerpongs !

Graham

Je ne m’étalerai pas plus sur la fin de la semaine à Taupo, cela a été l’occasion pour moi de me détendre après la longue marche du jeudi, entre soleil, baignades, billards et soirées festives, cette fin de semaine aura vraiment été une excellente conclusion à cette étape du voyage. J’y rencontrerai également Chloé que je retrouverai surement plus tard puisque nous partageons les mêmes plans. Je devais désormais me préparer à retrouver Marine le mardi à Auckland, ce qui signifiait également pour moi le retour dans une grande ville, chose que je n’appréciais pas vraiment pour ce type de voyage. Seulement c’était également le moment de retrouver une tête connue et d’entamer la suite du voyage en duo, chose que je connaissais déjà et qui donc serait plus rassurante, même si après ces premières semaines j’étais désormais très rassuré par l’aventure en solo.

Voilà, j’espère que vous aurez apprécié cet article malgré sa longueur et vous dis à bientôt pour la suite et l’étape Auckland, en espérant que pour vous, tout se passe bien au bureau 😉

6 réflexions sur “En quête de Mordor

  1. Tu parle des branlées que je me suis prisent au billard, mais tu oublies de parler de celles que tu t’es prise à la Chartreuse.
    Mais ne t’en fait pas, j’aurais ma vengeance.

    1. Complètement d’accord! Bon après il me semble que t’as pris quelques culs secs de ma part et que tu ‘es couché avant moi maiiiiis c’est vrai que tu tiens quand même mieux la Chartreuse 🙂

  2. Palme d’or de la photographie, les paysages et surtout le portrait de Graham sont splendides! Il est terrible cette article parce qu’il suscite plein de questions! Déjà la voiture, c’est quoi? Voiture simple? Break ? Van? Tu peux dormir dedans ou c’est juste un moyen de locomotion? Tous le reste du voyage ce fera en duo avec ta voisine? Tu tiendrais toutes ces randos si tu n’avais pas arreterde fumer?
    Bon je m’arrête là sinon tu vas devoir écrire un deuxième article en guise de reponse… des gros bisous en tout cas!

    1. Ahah merci! Beaucoup de questions oui 🙂 Tu trouveras une partie des réponses dans le prochain article, pour la partie rando je pense que c’est faisable même pour un fumeur, c’est surtout les jambes et les pieds qui prennent, et c’est encore plus parce que je ne suis pas sportif du tout! Quelqu’un d’un peu entraîné trouve ça vraiment facile je pense, rien à voir avec un trek sur plusieurs jours par exemple…j’ai croisé des gens qui le faisaient en courant, enfin ce sont eux qui m’ont croisé..

  3. Normalement j’attends d’etre au bureau pour lire tes aventures Jean-Mich Much , ça me fait une pause agréable ☺ mais on est dimanche soir et j ai pas pu attendre c’est que t es doué jeune con ! Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *